Petits secrets, Grands mensonges : le faux polar qu’il vous faut cet été !

Après ma panne de lecture de juin, je suis revenue au monde des livres tout en joie avec le roman de Liane Moriarty, Petits secrets, Grands mensonges, publié chez Albin Michel, puis chez Livre de Poche. Un roman coup de cœur, parfait pour une lecture estivale. Petite chronique de ce faux roman policier.

Chaque mois, lorsque je reçois les sélections pour le prix des lecteurs 2018 de Livre de Poche, c’est un peu comme un matin de Noël. J’ouvre mon paquet, en ayant une vague idée de ce qu’il se trouve à l’intérieur et pourtant je suis tout excitée comme une enfant gâtée.

Cependant à la réception des livres de l’été, je n’étais pas à la maison, et c’est mon père qui a eu le doux privilège de lire les 4e de couverture, et de feuilleter les 6 romans qu’on me proposait. Et de son jugement tranchant et sans appel il m’a dit : « il n’y a que le Moriarty qui en vaille la peine » (Sacré papa…)

W3_Moriarty[1]

Petits secrets, grands mensonges, de Liane Moriarty

Le fameux Moriarty, est un assez gros roman de poche, qui arbore une couverture tout à fait de saison : une pelouse grassement verte et une petite fille sur une balançoire, aux boucles incroyables. Et il se nomme Petits Secrets, Grands mensonges.

résumé :

Il y a eu un meurtre à la soirée quizz des parents d’élèves de l’école de Pirwee. Pirwee est une petite ville australienne, résidentielle et côtière, qui a l’air tout à fait charmante. C’est ici que, 5 mois avant le drame, Jane, une jeune femme un peu perdue, décide d’emménager avec son petit garçon de 5 ans. A la rentrée des classes elle fait la connaissance de Madeline, une mère énergétique de trois enfants qui ne supporte plus de vivre si près de son ex-mari et de sa nouvelle compagne. S’ajoute au duo Céleste, une femme magnifique, mariée à un homme magnifique, et mère de deux magnifiques petits blondinets. Mais sous ses airs de femme parfaite, Céleste cache un lourd secret.

W_Moriarty[1]

Un roman policier ? Non, mieux que ça !

Après avoir lu le résumé je suis restée réservée… Une histoire de meurtre ? Pas ma tasse de chocolat chaud. Le roman policier est peut-être le genre qui m’attire le moins dans la littérature fictionnelle. Mais si Papa a dit que c’était LE livre à lire dans cette sélection, alors c’est que c’est le cas ! (Spoiler : c’est le cas).

A mon agréable surprise, le roman de Liane Moriarty n’est en aucun cas un roman policier. L’histoire commence avec l’annonce du meurtre. On ne sait pas qui, ni comment, mais quelqu’un est mort cette nuit-là. Puis retour 5 mois en arrière quand tout aurait commencé. On rencontre notre trio de mamans toutes si différentes, et pourtant toutes aussi touchantes les unes que les autres.

Il y a Jane, la seule maman qui n’a pas dépassé les 25 ans, mère célibataire qui semble se battre contre un massif manque de confiance en elle, et qui en plus, doit faire face aux suspicions et ragots des parents d’élèves bourgeois.

Il y a Madeline, tout à fait adaptée à la vie pavillonnaire, avec tout le consumérisme, les commérages, les conflits tacites que cela implique. Cette  quarantenaire pimpante et dynamique prend tout de suite Jane sous son aile.

Et puis il y a Céleste, le personnage qui m’a, je crois, le plus touché. Cette femme que tout le monde adule pour sa beauté et son argent, et qui n’ose pas parler de ses problèmes de peur de paraître ingrate.

L’histoire de ces mamans est entrecoupée de petites répliques cinglantes et pittoresques des parents présents lors de cette fameuse soirée quizz, interrogés par une journaliste locale, qui tente de démêler le vrai du faux dans toute cette histoire.

W2_Moriarty[1]

C’est un triple portrait. Le portrait de trois femmes qui vivent les souffrances du monde moderne, peint d’une plume enjouée et jouissive, qui se permet par petites touches des répliques cinglantes et pittoresques. Le suspense est entier, l’histoire est incroyablement bien construite. Un régal, qui se déguste ou se dévore, avec un smoothie et des muffins, à la plage ou en terrasse, si vous le pouvez, pour ressentir l’écrasante chaleur de la côte australienne.

Joyeux fin d’été à tous !

https://platform.twitter.com/widgets.js

Publicités

2 commentaires sur “Petits secrets, Grands mensonges : le faux polar qu’il vous faut cet été !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s